Acheter une occasion

Acheter un véhicule d’occasion comporte toujours une certaine part de risque. En effet, vous ne savez pas qui a conduit la voiture avant vous ni qui l’a entretenue et dans quelles conditions.

En achetant auprès d’un professionnel de l’automobile, le risque est réduit. Si la voiture a des défauts qui ne sont pas visibles à l’oeil nu et que vous n’en avez pas été informé vous pouvez facilement vous retourner contre le professionnel qui a cherché à dissimuler des vices.

Dans tous les cas, avant de concrétiser votre achat vous devez faire un certain nombre de vérifications.

Établir la cote d'une occasion

Acheter un véhicule d’occasion comporte toujours une certaine part de risque. En effet, vous ne savez pas qui a conduit la voiture avant vous ni qui l’a entretenue et dans quelles conditions.

En achetant auprès d’un professionnel de l’automobile, le risque est réduit. Si la voiture a des défauts qui ne sont pas visibles à l’oeil nu et que vous n’en avez pas été informé vous pouvez facilement vous retourner contre le professionnel qui a cherché à dissimuler des vices.

acheter une occasion

Dans tous les cas, avant de concrétiser votre achat vous devez faire un certain nombre de vérifications.

Différencier les divers types d’occasions

Qu’est-ce qu’un véhicule de direction ou collaborateur ?

Il s’agit de véhicule en vente sur le marché de l’occasion. Ils ont pour particularité d’être récents et d’afficher peu de kilomètres. Ces voitures sont généralement achetées neuves par des concessions afin de les utiliser comme véhicules d’essai ou bien afin d’en faire bénéficier des collaborateurs. Il arrive même que cette opération soit uniquement commerciale. Cependant, ces véhicules au kilométrage limité bénéficient de tarifs avantageux, autour de 20% de moins que l’équivalent neuf.

Le véhicule d’occasion, de seconde main.

Proposées par un professionnel de l’automobile ou bien dans une vente entre particuliers, les voitures d’occasion ont généralement servi durant des années et affichent des (dizaines de) milliers de kilomètres. Le prix d’un véhicule d’occasion varie selon un ensemble de critères dont la marque, le modèle, les options, l’année de mise en circulation, le kilométrage, l’entretien, s’il demeure des garanties, une éventuelle rareté... Des variables auxquelles il convient d’ajouter l’état du marché, la cote auto et des données plus abstraites comme la cote d’amour pouvant engendrer des différences de prix plus ou moins importantes.

Les arnaques

Soyez attentif aux annonces que vous consultez. Parmi les vendeurs de bonne foi, il arrive que des personnes mal intentionnées s’infiltrent et proposent des «bonnes affaires». Méfiez-vous de ces dernières, il y a peu de chances qu’elles existent vraiment. N’acceptez aucune transaction si le prix du véhicule est anormalement bas par rapport à sa côte, que le vendeur exige un règlement par virement bancaire (car cela signifie qu’il devra avoir lieu avant qu’il vous présente le véhicule), que vous n’avez jamais rencontré le vendeur avant la transaction, que le véhicule est à l’étranger, que le vendeur vous demande un acompte pour couvrir les frais de transport, des taxes ou tout autre frais.

Ainsi, il est important avant de réaliser une transaction de rencontrer le vendeur, d’essayer le véhicule et de ne pas envoyer vos coordonnées bancaires. Privilégiez les chèques de banque aux heures d’ouverture de celles-ci c’est le moyen de paiement le plus sécurisé pour les deux parties.

Examiner le véhicule

La première chose à faire est de déterminer l’état général de l’extérieur du véhicule. Puis l’intérieur, le coffre et bien sûr sous le capot.

Vérifier l'extérieur du véhicule

  1. La carrosserie

    Pour cela, commencez par vérifier l’état de la carrosserie. Il y a les coups visibles bien sûr mais aussi ceux que l’on voit moins liés à des accidents ou incidents pour lesquels le véhicule a subi des réparations.

    Dans le premier des cas, il vous suffira d’ouvrir les yeux et de vous faire votre propre idée des bosses, éraflures, rayures constatées. Un véhicule sans aucune rayure n’est pas forcément un véhicule sain. Il peut avoir été repeint et débosselé juste avant la vente. Il faut donc s’assurer que le véhicule n’a pas subi de dommages trop importants.

    Penchons-nous donc sur notre deuxième cas. Pour cela, il va falloir être plus attentif : vérifiez la peinture, s’il y a des différences même minimes de teinte entre les différentes pièces de la carrosserie cela veut dire que le véhicule a été repeint. Demandez alors au vendeur de vous renseigner. Vérifiez l’alignement des différents éléments de carrosserie. N’hésitez pas non plus à faire filer vos doigts le long de la carrosserie. Cela vous permettra de sentir les éventuels débosselages. N’hésitez pas là non plus à demander des explications. Il se peut que le choc ait été important et ait affecté le châssis.

    Lorsque vous examinez la carrosserie, pensez à vérifier la corrosion. Dans ce cas ce sont les bas de caisses, l’intérieur des ailes, le pot d’échappement et là où le véhicule est abimé qu’il faut regarder. Si le métal est piqué attention !

    Enfin, vérifiez le fonctionnement des portes, du coffre et du capot : résistances, grincements... Ces bruits signifient souvent que le véhicule a été endommagé ou forcé et mal réparé.

  2. Le pare-brise

    Vérifiez les impacts et éventuelles fissures qui exigent un remplacement immédiat.

  3. Les jantes

    Il existe plusieurs types de jantes. Les jantes en tôle masquées par des enjoliveurs et les jantes en alliage, plus esthétiques.

    Si le véhicule a des enjoliveurs retirez-les pour regarder l’état général des jantes. Quelles soient en tôle ou en alliage ce qui est important c’est de voir s’ils elles ont subi des chocs. Il faut distinguer les éraflures faites en frôlant un trottoir en se garant, des coups plus incisifs qui pourraient avoir une incidence sur la conduite.

  4. Les pneumatiques

    Il serait dommage de devoir changer les pneumatiques à peine quelques jours après votre achat à moins que cela fasse partie de la négociation. Veillez donc à vérifier qu’ils sont encore en état de rouler durant de nombreux kilomètres. Pour cela, commencez par vérifier le témoin d’usure. Il doit rester au minimum un demi-centimètre de gomme au dessus du témoin. Ensuite, assurez vous que les bords ne comportent ni coupures ni bosses éventuelles.

  5. Les freins

    Souvent difficiles d’accès, il est néanmoins essentiel de vérifier l’état des freins. Il en va de votre sécurité. Si la jante n’est pas suffisamment aérée pour faire un contrôle, n’hésitez pas à demander au vendeur de démonter une des roues pour vérifier. Contrôlez alors que les plaquettes ne sont pas encore trop usées et l’état du disque de frein. Si ce dernier est gondolé, rayé ou pire qu’il part en morceau alerte ! Ils doivent être immédiatement remplacés.

  6. Les optiques

    Vous devez contrôler que l’ensemble des optiques fonctionnent parfaitement. Ainsi, demandez au vendeur de déclencher tous les feux au fur-et-à-mesure pour les checker plus rapidement. N’oubliez pas de regarder les optiques de plaques, les antibrouillards et les clignotants qui sont souvent négligés. Pensez à vérifiez qu’aucun des optiques n’est cassé ou fêlé. Assurez vous qu’il n’y ait pas d’eau à l’intérieur.

examiner le véhicule

Contrôler l’intérieur du véhicule et le coffre

Examinez l’état des revêtements : les sièges, plastiques et moquettes. Dans le cas de ces dernières n’oubliez pas de regarder sous les tapis de sol qui permettent de dissimuler facilement des problèmes.

Vérifiez que les équipements fonctionnent correctement : vitres et rétroviseurs électriques, climatisation, lecteur multimédia, radars de recul...

Enfin, terminez votre vérification de l’habitacle par les commodos : phares, clignotants, essuie-glaces...

Dans le coffre, pensez à vérifier sous la trappe que la roue de secours, la galette ou le kit de gonflage sont bien présents. Si les roues possèdent des boutons antivols vérifiez que l’écrou de dévissage est présent.

Inspecter sous le capot

Effectuer les niveaux des liquides : huile moteur, refroidissement, freins, direction et lave-glaces. Le fait que ces liquides ne soient pas à niveau démontre un manque d’entretien. Alors que les 4 premiers ont des conséquences très importantes sur votre sécurité, le dernier n’est pas forcément à laisser de côté. Le fait d’utiliser le commodo pour nettoyer le pare-brise alors que le réservoir est vide peut entrainer des réparations. En effet, des saletés peuvent se glisser dans les tuyaux, les boucher voire entrainer la panne du moteur de lave-glace.

Vérification du numéro de série

Le numéro de série est présent à différents endroits du véhicule. Il permet de s’assurer de l’origine du véhicule.

Pour votre contrôle, regardez sous le capot le numéro indiqué sur le moteur. Puis sur le pare-brise et la carte grise que les numéros sont bien identiques. Cela vous permettra d’être sûr qu’il ne s’agit pas d’un véhicule volé. Il est souvent difficile de voir le numéro de châssis ailleurs, d’où notre préconisation.

Essayer le véhicule

Avant même de rouler avec, voici une première liste de vérifications à réaliser une fois le moteur mis en marche :

  1. Contrôlez que le kilométrage affiché au compteur est bien celui indiqué sur l’annonce
  2. Vérifiez qu’aucun voyant n’est resté allumer après le démarrage du moteur
  3. Ecoutez le ralenti pour voir la stabilité du régime moteur
  4. Echappement : vous ne devez pas entendre de bruits mécaniques anormaux
  5. Cardans : tournez les roues à droite puis à gauche jusqu’à la butée, pour percevoir l’absence de claquements

essayer le véhicule

Ensuite, prenez la route. En ligne droite, lâchez le volant pour vérifier si la direction n’est pas endommagée. Si le véhicule tire à droite ou à gauche même très légèrement c’est qu’il y a un problème. Cela peut être simplement un problème d’équilibrage des roues mais mieux vaut s’en assurer et demander à ce que le nécessaire soit fait avant d’acquérir le véhicule. Toujours en ligne droite, assurez vous de n’avoir aucun véhicule autour de vous, et faites un test de freinage. Vous ne devez pas sentir de vibration dans la direction. Pour plus de sécurité effectuez cette manoeuvre sur un parking vide.

Lors de votre test, prenez votre temps pour apprécier la conduite. Le passage des vitesses est il fluide ? Y compris en marche arrière ? N’y a t’il pas de craquement ? Au niveau de la direction, assurez vous qu’elle ne soit ni trop dure ni qu’elle ait du jeu. N’hésitez pas à prendre une voie rapide pour tester le véhicule à une vitesse plus élevée pour vérifier qu’il n’y a pas de vibrations lorsque vous dépassez les 100 km/h.

Convaincu par votre essai ? Alors il ne reste plus qu’à vérifier les documents !

Votre navigateur est obsolète et ne supporte pas les fonctionnalités de géolocalisation.